AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 mission - que les cloches sonnent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: mission - que les cloches sonnent   Jeu 24 Sep - 2:46

Chapitre 1 : Bienvenue à Paris, bienvenue en prison


Non, sérieusement, elle détestait la magie. Il n'y avait probablement rien de pire dans ce monde que la magie, c'était non seulement imprévisible, mais en plus, elle pouvait se trouver à peu près n'importe où et sans crier gare. Alors maintenant, elle était prise au piège dans une prison inconnue, dans une ville inconnue et vraisemblablement un monde inconnu. Ou presque. Elle avait peut-être entendu parler de cet endroit dans son monde d'origine, une cité très éloignée de son empire. Quoique c'était un détail.

Ce qui comptait vraiment présentement, c'était le problème et quel problème... Elle se trouvait en prison et une excellente prison, accusée de sorcellerie et sans vraiment de moyen de contredire. Tout ça à cause d'une fontaine magique. Elle détestait la magie.

****************

Ruby venait de partir pour trouver de la nourriture, laissant l'asiatique seule, à son grand soulagement. Pas qu'elle n'appréciait pas la compagnie de l'autre femme, mais... Elle parlait. Beaucoup. Tout le temps. Au point que la guerrière lui avait fait boire toute sa gourde d'eau pour la faire taire de temps en temps. En temps normal, voyager avec une personne bavarde ne lui causait pas trop de problèmes, la preuve était Aurore, elle pouvait être une véritable pie bavarde quand elle trouvait un sujet qui lui plaisait, mais là, aujourd'hui, le silence aurait été une bénédiction. Pourquoi? Parce que l'alcool ne faisait pas que la rendre saoule, ça lui causait un énorme mal de crâne et lui donnait la nausée au point qu'elle ne pouvait même pas monter à cheval. Au moins avec Ruby qui n'avait pas de monture, elle pouvait marcher sans laisser paraître tout ça.

Non, seule chose qui lui causait problème, c'était les piaillements constants alors que son cerveau martelait les parois de son crâne. C'est pourquoi toute la journée, elle n'avait parlé qu'en monosyllabe, avait affiché son visage de poker et probablement été plutôt désagréable... C'est peut-être pour ça que Ruby a fuit à la première occasion qui s'était présentée. Le silence était enfin tombé et Mulan pouvait profiter un peu du calme pour monter le camp avant la tombée complète de la nuit. Les voyageuses avaient trouvé un endroit idéal, un éclaircis dans les bois avec une petite source d'eau où il y avait une fontaine aménagée, un endroit pour faire le feu de camp et même du bois coupé, le genre d'endroit pour les voyageurs où la courtoisie voulait que l'on remettre ce qu'on prenait.

Mulan avait presque terminé ses tâches quand elle s'est approchée de la fontaine. Le soleil était très bas à l'horizon et n'éclairait plus grand chose, c'est probablement la raison pourquoi elle ne vit pas les inscriptions gravées dans la pierre et partiellement recouvertes de plantes grimpantes. La guerrière se pencha pour boire un peu d'eau de la fontaine, appréciant sa fraîcheur. Elle se redressa pour s'éloigner et retourner à ses tâches quand un son de cascade se fit entendre et avant même qu'elle puisse réagir, la chinoise se fit aspirée par la fontaine.

D'abord, ce fut comme si Mulan était prise dans une chute sans fin, un énorme tourbillon qui allait trop vite pour voir quoique ce soit. Et qui n'était pas pour améliorer ses nausées. Puis tout fut terminé, elle était étendue sur un tapis, dans un endroit étranger et la tête lui tournait dangereusement. Dangereusement comme dans 'je vais bientôt vomir'. La chinoise ne se rend pas trop compte de ce qui se passait autour d'elle, mais elle entendit quelqu'un s'exprimer haut et fort 'sorcellerie' suivit de bras en armure qui la soulevait sans ménagement et l'homme s'approcha.


Il portait un chapeau des plus étrange, de longs vêtements noirs et son visage semblait des plus émaciés. Il parlait l'accusant de sorcellerie, mais Mulan ne portait pas attention ou plutôt, elle ne pouvait pas... Car la nausée se transformait de sensation à action et rapidement la chinoise vidait ses tripes directement sur les robes de l'homme. S'il était le responsable des jugements, elle était très mal partie, sans parler quand pendant qu'elle vidait ses tripes sur la robe noire, des bulles se formaient à la sortie de sa bouche et même dans la mixture sortie de son corps. Les bulles étaient de couleurs et ne semblaient pas éclater facilement, car elles s'envolaient lentement dans toute la pièce sous le regard stupéfait des gens présents.


Il n'en fallut pas plus, Mulan était fichée sorcière sans même encore avoir pu dire un mot. Elle fut prise rapidement, attachée et amenée jusque dans les cachots pour être exécutée le lendemain.


****************

Les murs de pierre humide, la mauvaise odeur , la saleté... Même pendant la guerre, les prisonniers avaient droit à un meilleur traitement que cela chez elle. Les gardes lui avait retiré son épée, son armure et ses bottes avant de la lancer rudement derrière les barreaux où elle n'était pas seule, ce qui aurait pu être inquiétant pour n'importe quelles autres femmes qu'une guerrière de son acabit. Si l'un des autres prisonniers s'approchaient avec de mauvaises intentions, elle lui ferait savoir que ce n'était pas une bonne idée.

En geste, plutôt qu'en parole, parce qu'à chaque fois qu'elle tentait de parler, les mêmes étranges bulles colorées s'échappaient de sa bouche que lorsqu'elle avait vomi sur le juge Frollo. Normalement, la chinoise aurait tenté de parler et résoudre la mésentente, mais... Apparaître de nul part et parler en relâchant des bulles annulaient toutes ses chances de réussite. Pourtant, elle ne pouvait pas non plus simplement accepter de mourir, elle devait retrouver Aurore et Phillip. Il y avait Ruby aussi qui la chercherait. Non, elle devait s'échapper, mais comment? Les murs étaient de pierres et les barreaux de fer, impossible de les détruire ou les user, du moins pas en une nuit.

Faute de meilleures options, la guerrière s'assit dans un coin et médita un long moment, effaçant toutes traces de peurs et d'inquiétudes de son esprit pour penser clairement quand un homme s'approcha d'elle.

« Bonjour l'amie, nouvelle en ville et déjà attraper par son altesse Frollo? Les garçons racontent que c'est pour sorcellerie? »

La voix nasillarde pénétra le calme de son esprit et Mulan ouvrit les yeux pour regarder l'homme qui lui parlait. Il était mince, fait tout en longue, ses cheveux étaient noirs, lui tombant aux épaules et il portait la barbe seulement sur le mention et le bas de sa mâchoire. Son choix vestimentaire était peut-être à un revoir, car il portait essentiellement du violet et du mauve. Évitant de parler inutilement, Mulan lui répondit d'un mouvement de tête affirmatif.

« Oh, pas très friande des paroles? Alors, c'est vrai? Parce que moi et mes amis, on aimerait bien l'aide pour sortir d'ici. »

À ses paroles, Mulan soupira, si elle voulait s'en tirer d'une manière ou d'une autre, elle devrait parler. Parler, s'expliquer et probablement gagner la confiance des gens et même si ces gens étaient en prison, de ce qu'elle avait vu, ils n'étaient peut-être pas coupable de ce qu'on les accusait.

« C'est... Compliqué. » Pas juste compliqué, mais ça l'homme pouvait le voir avec les bulles de différentes grosseurs qui s'échappaient de sa bouche, attirant l'attention des autres occupants de la cellule. « J'ai... été envoyé ici. Et suis sous l'emprise d'un... sortilège. Je ne fais pas de magie. »

« Oh, injustement accusée donc! Bien que ce sortilège est des plus intrigants. Tu es ici parmi des amis et nous comprenons les malchances et... les excentricités de la vie. Tu n'as peut-être pas de magie pour nous aider à sortir, mais si tu sais te rendre utile. Tu pourras nous aider quand même. »

Les paroles étaient dites avec confiance et sans peur, malgré la surprise initiale de l'homme. Ses paroles faisaient aussi renaître l'espoir. Avaient-ils un plan? Un moyen de fuir?

« Je dois retrouver... mon chemin vers chez moi. Des gens m'attendent. Je ne fais peut-être pas de magie, mais je sais me battre et mon épée est enchantée. Je n'aurai besoin que de la récupérer.. Je saurai vous être utile. »

« Oh, très bien. Tu nous aideras alors. Mon nom est Clopin. »

« Je m'appelle Mulan. »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: mission - que les cloches sonnent   Jeu 24 Sep - 6:16

Chapitre 2 : L'évasion


Le complot régnait dans l'atmosphère de la petite cellule. Le silence était lourd. Clopin n'avait rien révéler du plan d'évasion, mais il restait près de Mulan. L'attente, comme toujours, était longue. Les hommes étaient tendus, mais la chinoise restait calme. Elle avait connu pire pendant la guerre. Paisible, elle méditait. Elle vidait son esprit de toutes les distractions et tous les problèmes, affûtant ses sens jusqu'à entendre les gardes au loin. Ils parlaient de son armure et son épée, penser que des choses si précieuses étaient entre des mains ingrates et inexpérimentées aurait pu la mettre hors de elle, mais Mulan accepta simplement la colère avant de la faire couler lentement hors d'elle.

C'est alors qu'elle entendit de drôle de bruits... Des coups? Et des gémissements. Une bagarre. La chinoise ouvrit les yeux et regarda Clopin, indiquant d'un mouvement de tête qu'il se passait quelque chose, parce que parler lui aurait causé un léger problème de bulles... Apparemment elle était la première à avoir entendu les bruits, mais rapidement les autres captifs purent les distinguer aussi car ils se rapprochaient. Rapidement.

Tout le monde se leva d'un même mouvement et se rapprochèrent de la porte. Il n'en fallut pas plus à Mulan pour comprendre que c'était ce qu'ils attendaient tous. Une aide extérieure, une chose qu'elle n'aurait jamais pu avoir si elle avait été placé dans n'importe quelle autre cellule. Elle remercia ses ancêtres de sa bonne fortune et attendit patiemment que les renforts arrivent. Un groupe de trois personnes tournèrent le coin, un trousseau de clé en main et vinrent vers la cellule, l'ouvrant et laissant sortir les occupants. La chinoise suivit le mouvement jusqu'à rejoindre le poste des gardes, sans faire attention au reste du groupe, elle entra pour voir déjà quatre gardes au sol, deux assommés et les deux attachés,  son épée était à la vue de tous sur la table et elle la récupéra en même temps que le reste de son armure qui était tombée au sol dans la bataille.


La guerrière se retourna pour suivre les autres, mais observa qu'elle les avait déjà perdus. Ils n'avaient pas attendu après elle. Seule, elle se dirigea vers ce qui semblait être la sortie, du moins d'après ses souvenirs. Dehors, elle pouvait entendre l'alarme commencer à sonner pour alerter les gardes de l'évasion en cours. C'est arrivée à la porte que Mulan vit l'étendu des problèmes. Les soldats avaient déjà cerner la porte et ses compagnons d'infortunes n'avaient pas de places où fuir...

Heureusement, ils avaient elle. La guerrière sortit son épée de son fourreau et avec armure dans son autre main – parce qu'elle avait eu assez de présence d'esprit pour privilégier la vitesse pendant une évasion de prison – Mulan sortit comme une furie des portes, les évadés lui laissant le chemin libre. Grâce à l'effet de surprise, elle renversa aisément le premier soldat qu'elle rencontra et fit trébucher son compagnon d'un coup de pied aux jambes. Malheureusement, l'effet de surprise ne dura pas plus longtemps et les soldats se jetèrent sur elle.


Parant les attaques de son épée et utilisant son armure comme bouclier, la chinoise resta en défensive, jouant de mobilité et de vitesse pour contrer les soldats et à leur insu les éloigner des portes, laissant la chance aux anciens captifs de fuir. Sauf que le combat n'était pas facile et Mulan se retrouva facilement submergé sous les coups, une épée glissant facilement sur son armure placée dans son dos et lui entailla l'épaule. Lui arrachant un cri de douleur et quelques bulles qui s'envolèrent dans le ciel nocturne. Une autre épée se glissa également sur sa cuisse gauche laissant une blessure profonde, mais dans le feu de l'action et grâce à l'endurance acquise depuis des années de combat elle ignora la douleur et continua son combat jusqu'à ce des roches commencent à pleuvoir.


Les évadés s'étaient réunis et venaient à leur tour à son aide. Profitant de la distraction des soldats, Mulan fila entre eux et à travers rues et ruelles, laissant une piste de sang derrière elle. Heureusement, elle fut rattrapé par deux hommes qui étaient dans la même cellule qu'elle et ils l'invitèrent à la suivre et elle obtempéra sans un mot pour mettre le plus de distance possible entre elle et les gardes. Dès qu'ils purent se le permettre, ils firent une pause pour panser ses blessures avant de reprendre la route, cette fois-ci la guerrière boitant – une personne ne peut aller que si loin sur l'adrénaline seulement.

Finalement, les deux hommes la menèrent dans des ruelles de plus en plus sombres et inquiétantes, laissant l'agitation de la ville derrière eux. Ils se faufilèrent à travers maints endroits, réussissant sans trop de mal à la perdre complètement dans cette ville inconnu. La ville défilait rapidement autour d'elle sans qu'elle ait vraiment le temps de se faire une carte mentalement et d'un coup il n'y avait plus de ville, mais des squelettes, de l'eau et les deux hommes qui l'escortait allumait des torches. Toujours inquiète, mais ne pouvant plus vraiment retourner sur ses pas, la chinoise suivit en silence les deux hommes jusqu'à une large entrée et de nouvelles lumières, beaucoup de lumières.

Le jeune homme du nom de Clopin refit son apparition, venant à sa rencontre.

« Merci de ton aide, Mulan. Bienvenue chez nous! À la cours des miracles! » avec de grands gestes théâtrale il lui présenta la scène derrière lui. Plusieurs tentes très colorés, des feux, de la musique, des animaux, des adultes et des enfants remplissaient le décor pittoresque et un peu glauque des catacombes de la Cité des Cloches.

« La Cours des Miracles? » On aurait presque dit un titre de chanson. « J'espère que vous ne vous mettrez pas à chanter... »



Dernière édition par Mulan Hua le Jeu 24 Sep - 6:35, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: mission - que les cloches sonnent   Jeu 24 Sep - 6:17

Chapitre 3 : La Cours des Miracles


La cours des miracles était un endroit des plus étranges, tous les types de personnes s'y côtoyaient. Les voleurs, les filles de joies, les orphelins et les vieillards comme les jeunes adultes, tout ce qui les unissaient étaient leurs différences autant que leurs ressemblances. Chaque personne qui vivait ici était un paria, un étranger dans la Cité des Cloches. Ils n'avaient aucun papiers pour attester de leur droit d'y vivre et ne pouvait donc pas y vivre, alors ils avaient appris à vivre dans les catacombes à l'abri des lois, leurs différences devenaient leur force et leur ressemblance leur unité. C'était un rassemblement des plus excentriques, mais il y avait une ambiance vivante et d'entraide qu'elle n'avait que très rarement vue.

Clopin guida Mulan à travers les tentes, parlant et lui racontant l'histoire de l'endroit. Il mena la chinoise vers une tente particulièrement reculée, simplement noire, sans décoration et il entra. Un peu hésitante, Mulan regarda autour d'elle et observa la tente avant de finalement suivre d'un pas silencieux. Une odeur d'encens très forte emplissait l'air et il n'y avait que quelques rares bougies ici et là pour éclairer l'espace. Au centre de la première pièce, il y avait une petite table basse et de multiples coussin partout sur le sol. Clopin s'était déjà assis et il se tourna vers la chinoise, indiquant d'un mouvement de tête le coussin à côté de lui. N'ayant vraiment d'autres options, la guerrière prit place, s'agenouillant en jetant un regard inquisiteur à l'homme à côté d'elle.

« Nous sommes chez Drabardi. S'il y a quelqu'un qui peut t'aider c'est elle, mais fais attention, ses paroles peuvent plus dangereuse qu'un couteau effilé planté entre les épaules. » Clopin avait perdu son air joyeux et détendu pour un air grave, sérieux qui ne laissait aucune place au jeu. Mulan répondit d'un hochement de tête.

Elle savait très bien de quoi était capable la magie et c'était sans aucun doute de magie qu'il parlait. Si cette femme pouvait l'aider à retrouver son chemin, Mulan était prête à prendre le risque, même si elle détestait la magie. Après tout, la magie l'avait envoyée dans cet endroit et normalement seule la magie pouvait la renvoyer chez elle. C'était la triste réalité. Alors elle parlerait avec cette Drabardi et trouverait la solution.

Il y eu un mouvement dans les draps du fond qui séparaient les différentes pièces de la grande tente et finalement sortie une femme sans âge. Elle aurait pu être extrêmement âgé et très jeune à la fois. Son teint était très pâle et très foncé à la fois en plus des autres couleurs étranges qui ornaient sa peau. Ses yeux étaient d'un blanc translucide révélant leur parfaite inutilité, elle était aveugle, mais le plus étrange était ce troisième œil qui ornait son front... Mulan avait souvent entendu parler de ce 'troisième œil' mais elle ne l'aurait pas cru réel, du moins pas littéralement. La femme était étrange et ne semblait pas humaine, mais c'était parfois difficile de différencier les humains des monstres... Souvent Mulan s'était demandé qui était le monstre et qui était l'humain quand elle voyait certains actes. Elle ne jugerait pas avant de savoir.


La magicienne s'installa devant devant le duo, donnant l'impression de les observer de son regard aveugle, puis elle sortit un paquet de carte de sa poche et les disposa devant elle. Une à une, elle tira les cartes, les déposant sur la table dans un ordre apparemment aléatoire. Les cartes ne ressemblaient pas à un jeu de carte normal, elles étaient très grandes et représentaient des images semblable à des vitraux de créatures mystiques et parfois des scènes de la vie quotidienne... Finalement la femme termina son tirage et rangea les cartes. Son troisième œil fut celui qui bougea se fixant du Mulan avant de se mettre à briller très légèrement.

« Je vois beaucoup de douleur et de perte dans ta vie. Le sacrifice ne t'est pas étranger, chère Mulan. »

À la mention de son nom, la chinoise jeta un regard à Clopin, mais il gardait le silence en tendant l'oreille. Il ne devait pas lui avoir dit son nom, de toute façon les nouvelles devaient voyager vite dans cet endroit. Ou cette femme avait de véritable pouvoir ce qui ne serait pas surprenant quand on voyait son troisième œil fixer sur soi.

« Tu n'est pas d'ici, la Cité des Cloches t'es entièrement étrangère, pourtant tu vis dans ce monde, ailleurs. Tu viens de loin et ta présence est involontaire et pourtant, elle pourrait être nécessaire. Tu as sauvé des gens de bonne conscience et tu en sauveras d'autres, mais ta présence dans notre temps est limitée. Dépasse le temps imparti et tu seras à jamais perdue dans le temps. Je connais le moyen pour que tu retournes sur ton chemin, mais pour cela, tu devras rendre un service. Un service contre un service, c'est le prix de ma connaissance. Toujours de valeur égale. »

C'était la partie redoutée. Un service, ce n'était pas un contrat comme le faisait Rumplestiltskin, mais cela restait quelque chose qui pouvait être problématique selon la nature du service demandé.  Sur ses gardes, Mulan observa la voyante un long moment avant de se décider.

« Je dois retourner d'où je viens. Que dois-je faire? » Sa conviction était inébranlable présentement, mais elle ne ferait pas de mauvais actes pour atteindre son but. Même si elle ne comprenait pas ce que la magicienne voulait dire en parlant des conséquences de son échec à retourner chez elle...

« Clopin pourra te renseigner sur ce que tu dois faire, » dit l'aveugle.

À ses paroles, l'interpellé sembla surpris, regardant la voyante avec de grands yeux.

« Vraiment Drabardi? Ne serait-ce pas trop dangereux? Elle est invitée, mais pas des nôtres... » La voix de l'homme était presque chuchoté, parlant seulement à la magicienne, mais Mulan pouvait entendre chaque parole.

« Oui, Clopin. Son cœur est honorable et son esprit serviable. Elle n'est pas une traître et saura vous être plus utile que tu ne le penses. »

« Très bien Drabardi, je respecte votre parole. »

Sans dire un mot, Mulan observa l'échange, elle était le sujet de la conversation et pourtant une simple spectatrice ce qui aurait pu être frustrant, mais elle savait se taire et écouter. Sa place n'était pas dans cet échange. Finalement Clopin accepta et se retira de la tente, ne sachant trop quoi faire, Mulan s'apprêta à le suivre. Elle devait simplement remercier Drabardi, mais avant d'avoir pu dire un seul mot, la voyante parla.

« Mulan, avant de partir, » la magicienne sortit un foulard mauve et légèrement transparent avec des astres brodés en fil doré dessus. « Prend ceci, son utilisation est limitée, mais il pourra bloquer ce sortilège qui t'afflige pendant quelques heures. Un tissus ordinaire n'aura aucun effet. Tu pourras ensuite le donner à son véritable propriétaire. »

Observant attentivement le foulard et la dame, la chinoise hésite, mais parler avec des bulles n'étaient pas très pratique et vendrait son identité immédiatement à tous soldats près d'elle si le service à rendre la forçait à sortir. Elle accepta donc humblement le présent.

« Merci. Drabardi. » C'était dit avec sincérité et une petite courbette, même si la femme ne semblait pas pouvoir le voir. Elle prit le foulard et sortit rejoindre Clopin.



À l'extérieur le jeune homme la regarda, puis lui fit signe de la suivre avant de prendre la parole.

« Nous avons un groupe des nôtres à l'extérieur des murs de la Cité. Nous voulons les faire entrer, mais le Magistrat Claude Frollo a renforcé la surveillance. Par contre, on a trouvé une faille, mais quelques-uns de nos alliés nous ont dit qu'il y aurait un changement de nouveau dans les horaires, nous devons agir cette nuit et tu nous aideras, parce que Drabardi l'a dit et si tu veux retourner chez toi. Je t'emmène rejoindre les autres. Nous t'exposerons notre plan là-bas. »

Pendant qu'il parlait, Mulan avait pris le foulard et l'avait attaché autour de son cou.

« Très bien, je te suis. » Elel constata avec plaisir que les bulles ne sortaient plus ou plutôt, ne s'envolaient plus, non elles éclataient contre le foulard, laissant une désagréable moiteur derrière elle, mais c'était mieux que de les voir s'envoler...

La guerrière suivit Clopin d'un pas un peu boiteux avec un grand soulagement. Ce n'était pas une tâche pour le mal, tant mieux...


Dernière édition par Mulan Hua le Ven 25 Sep - 4:55, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: mission - que les cloches sonnent   Ven 25 Sep - 0:14

Chapitre 4 : Le service


L'air de la nuit était frais et légèrement humide pendant que le petit groupe de faufilait sous le couvert de la nuit vers les limites de la cité. Mulan suivait son guide de près pour ne pas se perdre. Sa blessure sur sa jambe lui faisait légèrement mal, mais elle avait pu la refermé avec du fil et grâce à une concoction de l'un des gitans la douleur était réduite à un léger pincement. Par contre, elle avait dû laisser tombé son armure pour le moment parce que sa blessure sur son épaule l'empêchait dans la porter sans douleur. Alors elle courait à travers les rues avec une large cape et le foulard donné par Drabardi autour de son cou et remonté sur sa bouche.

Cette fois-ci les gitans n'essayaient pas de lui cacher le chemin pris, cette fois c'était plutôt un avantage qu'elle sache comme se diriger. Mulan se faisait donc une carte mentale du chemin jetant des regards autour d'elle pour trouver des points de repères. Le chemin n'était pas trop compliqué heureusement. Finalement, ils arrivèrent tous près d'une rivière qui traversait la ville et chacun alla se cacher dans les ombres. D'après Clopin, une de leur connaissances était supposée amener les réfugiés en bateau jusque-là et eux les prenaient en charge pour les amener à l'abris. Alors chacun était à l'abri des regards le long de murs ou sur les toits. C'était risqué parce que tous les soldats étaient sur le pied de garde avec l'évasion de plus tôt, ça ne remontait qu'à quelques heures. Clopin avait clairement expliqué que c'était cette nuit leur dernière chance pour ce groupe, il y avait des enfants qui ne tiendraient pas plus longtemps et s'ils manquaient leurs chances, cela prendrait plusieurs lunes avant qu'ils puissent réessayer.

Mulan était assez près de la rivière, cacher sous les escaliers de pierres qui permettait d'atteindre le petit quai. Tout était silencieux autour d'eux à l'exception pour les bruits de quelques souris et le clapotement de l'eau. Elle avait l'impression que sa propre respiration était extrêmement bruyante, mais savait que l'homme à côté d'elle ne pouvait probablement pas l'entendre. C'était l'anxiété générale qui déteignait sur elle, pourtant si habituée à gérer ce genre de stress. La guerrière ferma les yeux et laissa son esprit la transporter dans son passé, dans son village, près de son père très tôt le matin. Il était près d'elle et lui expliquait comment respirer convenablement. Il lui montrait des techniques pour se calmer et apprendre à se contrôler. Quand Mulan ouvrit de nouveau les yeux, elle était calme et en contrôle, peu importe l'atmosphère où les autres, elle savait ce qu'elle devait faire et était en contrôle pour le faire.

Très léger, à distance, un clapotis différent se fit entendre. Elle fut la première à tourner la tête en direction du son et l'indiqua aux hommes cachés avec elle. Dans la noirceur une forme se dessinait dans la distance, celle d'un bateau avec l'homme qui la dirigeait. L'embarcation avançait lentement et semblait vide, mais il ne fallait pas s'y méprendre, au fur et à mesure qu'elle avançait sur l'eau, on pouvait observer qu'il était remplis de bagages caché avec un long drap... C'était leur objectif.

L'embarcation avança silencieusement jusqu'à leur niveau et l'un des hommes près de Mulan s'approcha pour retirer le drap et révéler les réfugiés. En silence, le groupa commença à les faire sortir et les répartir dans différents groupes pour les ramener à la cours des miracles où ils seraient en sécurité. L'opération se déroulait bien jusqu'à ce qu'un long sifflement retentisse avant d'être coupé subitement. Puis se fut une flèche qui se fiche dans l'homme près de Mulan.

« Une embuscade! » s'écria quelqu'un' avant que le tout soit suivit d'un horrible gargouillis que Mulan reconnu comme étant un cri coupé par un coup d'épée.

Il n'y avait de temps pour la prudence, il fallait se dépêcher, rapidement tous les bohémiens dans le bateau sortirent et le marin qui la dirigeait prit la poudre d'escampette sur les flots sans se faire prier. Les plus rapides furent rapidement en haut des marches et hors de vue, Mulan suivit le mouvement, fermant la marche pour s'assurer que personne n'était laissé derrière. Sauf que lorsqu'elle atteint le haut des marches, les soldats étaient déjà sur eux, elle tira son épée pour bloquer rapidement un soldat et le repousser d'un coup de pied au centre de son armure. Sauf que derrière elle, un autre garde s'était faufilé pour attraper l'un des réfugiés, une femme et son enfant, trop lente pour s'interposer à temps, la guerrière observa l'homme poussé la femme loin derrière, la faisant tomber dans les marches avec un 'crac' sonore.

Réussissant in extremis à se faufiler entre lui et l'enfant qui courait rejoindre sa mère avec des pleurs paniqués, Mulan vainquit l'homme en quelques mouvements de poignets, 'obligeant à tomber au sol. La guerrière sauta la rambarde pour rejoindre l'enfant au bas des escaliers atterrissant tout près en retenant un fois de plus un cri de douleur pour sa pauvre jambe où elle sentait les sutures déchirés sa peau sous l'effort exagéré qu'elle lui demandait. Un coup d'oeil à la femme lui révéla que s'en était fini d'elle, mais il restait encore la fillette. Sans perdre de temps et sans aucune considération pour l'enfant, Mulan la prit dans ses bras et sauta à l'eau, la seule porte de sortie restante.

L'eau était froide et le choc fut difficile. L'espace d'un moment, Mulan fut complètement perdue, son corps entier luttant pour s'habituer et respirer, surtout respirer. La transition de température avait jeté toute l'air en dehors de ses poumons et trouver le haut du bas était presque impossible dans le courant qui la faisait tournoyer en tout sens. La guerrière garda juste assez de présence d'esprit pour tenir la pauvre fillette dans ses bras. Puis tout se plaça un peu et elle put retrouver facilement la surface. Il lui fallut un moment pour s'orienter, mais elle finit par aller s’agripper à l'une des parois, tenant par le bout des doigts.

Mulan prêta à l'oreille à n'importe quel son qui sortirait de l'ordinaire, indiquant la présence de soldat ou de poursuivants, parce qu'elle n'espérait pas que des gitans soient partis à sa recherche, non elle était complètement seule avec cette enfant.

« J'ai peur, maman, elle bougeait plus... »

La petite voix la tira de ses pensées et Mulan regarda la fillette qui s'accrochait à son cou de toute ses forces. La pauvre avait tant perdu... Mais elle ne pouvait pas encore prendre le temps de vivre sa perte, non. Pas tant qu'elles n'étaient pas tirés d'affaire.

« Ssshhh, » les bulles avaient recommencé à s'envoler se da bouche, le foulard s'était déplacée dans la débandade dans l'eau. Au moins elle eurent le mérite de distraire la fillette. « Je ne peux rien changer à ce qui est arrivé, mais laisse-moi t'amener en sécurité, d'accord? Pour ça il faut garder le silence. » Elle chuchotait et ne savait pas trop quoi dire à la fillette, elle n'avait jamais aimé dire les mauvaises nouvelles. Surtout celles de ce genre. Il n'y avait jamais de bons mots. Par contre, elle pouvait lire la peur sur le visage de la petit fille et une idée traversa son esprit. La guerrière retira le foulard que Drabardi lui avait donné et le passa à la fillette, l'enroulant gentiment autour de sa tête. « Tiens, ce foulard te protégera jusqu'à ce qu'on trouve le refuge, maintenant plus un mot. » Mulan ponctua ses paroles d'un doigt sur ses lèvres et la fillette acquiesça. De toute façon, la guerrière risque de révéler leur position si elle parlait plus.

Déplaçant la fillette sur son dos, la chinoise se mit à nager le plus silencieusement possible jusqu'à trouver une sortie de l'eau et se déplaça en sécurité. Des frissons la prirent par surprise dès qu'elle fut sortie de l'eau, de même que pour la fillette toujours agrippée à elle. Après une courte pause pour retrouver leur force, Mulan reprit l'enfant sur son dos et commença à se promener dans la Cité des Cloches alarmés. Beaucoup de gens se réveillaient ici et là et se déplacer discrètement devenait de plus en plus difficile, mais Mulan n'avait jamais arrêter une tâche simplement parce qu'elle était difficile.


Elle commença par s'orienter dans la ville, retrouver les deux grandes tours qui s'élevaient bien au-dessus du reste des maisons. De là, elle suivit son instinct et ses yeux, tentant de retrouver la même vision qu'elle avait eu de cette endroit quand elle était sortie des catacombes. Malheureusement, elle ne pouvait pas avancer bien vite avec le fillette sur son dos, sa blessure qu'elle savait s'était réouverte et les gardes partout à l'affût. Mulan n'avançait pas vite, mais au moins son rythme n'était pas complètement arrêté et la petite fille tenait bon, même si la guerrière pouvait sentir les sanglots silencieux sur son dos.

Cela prit du temps, mais Mulan finit par retrouver son chemin, trouvant les catacombes et s'orientant dans les sous-sols humides. Le duo avançait, frigorifiées et frissonnantes, complètement trempées, mais bientôt, elle aperçut les lumières et finalement elle était de retour. La cours des Miracles s'étendaient devant elle et un groupe stupéfait la voyait émergé des ténèbres.


Dernière édition par Mulan Hua le Sam 26 Sep - 18:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: mission - que les cloches sonnent   Ven 25 Sep - 0:15

Chapitre 5 : Le retour


Mulan était épuisée, son corps entier tremblait et elle n'en pouvait plus de cette petite aventure impromptu. Surtout que c'était simplement parce qu'elle avait voulu se désaltérer dans une fontaine. La chinoise avait enfin pu déposer la fillette qui marchait maintenant à lui tenant la main, elle n'osait plus la lâcher d'ailleurs. Heureusement, le duo n'eut pas à marcher longtemps qu'un visage désormais familier les rejoignait. Clopin se précipita vers elles, prenant Mulan dans ses bras ce qui la surprit, n'étant pas très friande de marques d'affections. Après quelques paroles échangées, la guerrière réussis à laisser la fillette, Esméralda, au soin de Clopin qui connaissait sa mère de longue date et jura à la petite de prendre soin d'elle.

Mulan prit le chemin vers la tente de la voyante, ayant remplis sa part du marché, elle devait maintenant absolument retourner chez elle. Faisant comme la première fois, la chinoise entra sans s'annoncer, elle savait que c'était inutile, la voyant devait déjà savoir qu'elle venait. La femme l'attendait déjà d'ailleurs.

« Bravo Mulan. Tu as tout réussi comme tu le devais. Maintenant, prends cette potion et trouve la fontaine la plus à l'est du cimetière. Tu n'as qu'à la verser à l'intérieur et boire un peu de l'eau et tu seras renvoyée sur ton chemin et ton temps. » Avec ses paroles, Drabardi se leva et fit mine de quitter la pièce. « Hâte-toi, le sortilège tire à sa fin, les bulles se font plus rares, autrement tu seras perdu à jamais dans le temps et l'espace. Ni ici, ni là-bas. » Et avec ceci, la voyante tira sa révérence.

Comprenant un peu ce qu'elle voulait dire, Mulan ne s'attarda pas, prenant le chemin menant à l'extérieur, mais elle fut arrêter par Clopin qui tenait la petite Esméralda dans ses bras. Il la rejoint au pas de course.

« Mulan, tu n'es pas encore partie. Esméralda ne aimerait que tu restes, mais j'imagine que c'est impossible. Tiens, prend ce talisman, tu es maintenant des nôtres, toujours accueilli ici pour ce que tu as fait. »


L'interpellée prit le talisman, sans un mot avant de retourner son attention sur l'enfant qui s'était mise à parler.

« Tu dois vraiment partir? Maman ne reviendra pas, je ne veux pas que tu partes aussi. La petite voix était triste et des larmes s'accumulaient dans les yeux d'Esméralda.

Le cœur un peu lourd à cette image, Mulan s'approcha de l'enfant et la prit dans ses bras.

« Des gens m'attendent et ont besoin de moi. Je n'étais pas supposée être ici. Je dois retourner, mais ne t'inquiète pas, tu es en sécurité maintenant. Écoute bien Clopin, il prendra soin de toi, d'accord? » Un petit sourire pour rassurée l'enfant et Mulan lui caressa les cheveux. « On se reverra peut-être un jour, mais pour l'instant, je dois partir Esméralda, tu comprends? Au revoir. »


Et sur ses paroles, la chinoise remit la fillette dans les bras de Clopin avant de reprendre son chemin pour trouver la fontaine que lui avait indiqué Drabardi. Il n'y avait presque plus de bulles qui sortaient de bouche, mais si elle avait bien compris les paroles de la voyante, c'était que le sort arrivait à sa fin et elle devait retourné chez elle avant que ça n'arrive. Elle ne perdit pas de temps à mettre la potion dans la fontaine et à boire un peu de son eau désormais magique.

Le même phénomène se produisit, l'eau se mit à tournoyer et finit par l'aspirer pour la renvoyer dans le campement qu'elle avait monté dans le Monde Enchanté. Lui redonnant promptement la nausée dans le voyage...


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: mission - que les cloches sonnent   

Revenir en haut Aller en bas
 
mission - que les cloches sonnent
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les cloches sonnent....
» Ache Line - Qui a déjà entendu parler de cloches de chaleur p2
» L'article de Mission-Pêche
» Lièvremont démission !
» Mission Sunshine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oblivion :: Archive Saison 1-